Comment j’ai arrêté de fumer

Hello web,

Aujourd’hui, la mission que j’ai accepté sera : de te donner envie de quitter la cigarette, ou au moins d’essayer, car je suis persuadé que le plus difficile dans le fait d’arrêter est encore de commencer. J’ai bien peur que ce soit même plus difficile que d’arrêter. Pour la petite histoire, j’ai réussi à arrêter, depuis mars 2012.

La première chose à faire à mon avis, c’est d’accepter l’idée que vous êtes un drogué. Vous ne me croyez pas ? Alors, arrêtez pour voir ! ( elle était facile celle-là!) On a à mon avis du mal à s’en rendre compte, parce que c’est relativement bien accepté par la société, mais il s’agit bien d’une toxicomanie. Le tabac vous rend dépendant tout en vous ruinant la santé. Ce n’est pas simplement une mauvaise habitude, un passe-temps, ou quelque chose que vous aimez faire. Non, c’est une drogue, et vous êtes un drogué ! Acceptez-le !

Mais bonne nouvelle, la dépendance physique à la cigarette est plutôt faible. Pas besoin de « jouer » à Transpotting pour arrêter. Après une bonne nuit de sommeil, la plus grande part de la nicotine consommée la veille a déjà quitté votre organisme. Moins bonne nouvelle, la plus grosse part de la dépendance à la cigarette est psychologique. Laissez-moi vous dresser les tableaux de 3 situations totalement différentes :

  • Le réveil sonne, vous sortez doucement de votre torpeur. Puis commencez votre routine matinale, combien de temps avant votre première cigarette ? Et pourquoi ? Je parie que vous êtes convaincu que cette première cigarette vous aide à vous réveiller, n’est-il pas ?
  • Tout juste arrivé au boulot, c’est la crise, quelque chose de fâcheux s’est produit, selon les lois de Murphy (aussi connu sous le nom de lois de l’emmerdement maximum, LEM pour les intimes) si quelque chose peut mal tourner cette chose tournera mal, mais là je ne vous apprends rien. Courageusement vous allez affronter la situation, et facilement régler le problème. Après quelques heures de galère, est-ce que ce ne serait pas le moment d’aller faire une petite pause cigarette pour décompresser ?
  • Finalement après le travail, vous profitez du beau temps estival pour rejoindre des amis en terrasse, vous passez un bon moment, riez beaucoup, et fumez tout autant, quel plaisir d’avoir un verre dans une main, une cigarette dans l’autre.

Donc pour résumer, la cigarette vous permet, de vous booster le matin, de vous détendre après un gros stress, et d’amplifier votre bonheur… Quel objet magique, qui fait tout et son contraire ! Ne serait-ce pas plutôt la situation qui vous procure tout cela, et vous seul qui attribuez à la cigarette toutes ces vertus magiques ? Pensez-vous que ceux qui ne fument pas ne se réveillent pas en buvant leur café, qu’ils ne décompressent pas en faisant une pause, qu’ils ne prennent pas plaisir à rencontrer leurs amis en terrasse ? Je vous laisse réfléchir là dessus.

Laissez-moi vous proposer une dernière mise en situation. Vous êtes tranquille, vous êtes peinard, bien installer dans votre canap occupé à regarder un film, dont l’un des personnages secondaires et tout guilleret d’avoir arrêté de fumer depuis « x » temps, c’est super important pour donner de l’épaisseur au personnage, ce genre de détails. Alors que le personnage principal fume comme une locomotive à vapeur (oui parce qu’un tramway électrique ça ne fume pas des masses). À un moment donné, ce personnage secondaire va se retrouver sur le carreau pour une raison ou pour une autre, et alors qu’il est sur le point de rendre l’âme dans les bras du héros, immanquablement on va assister à un dialogue de ce type :

– Ha, je fumerais bien une dernière cigarette. (suivis d’un long râle d’agonie)

-Tiens ! Tu as de la chance, c’est ma dernière !

Donc, là on voit clairement que c’est du cinéma, parce que dans la vraie vie, notre héros il n’aurait pas aussi facilement lâché sa dernière clope, à la rigueur un deuz, mais encore vu le prix du paquet… Et puis il avait qu’à ne pas arrêter aussi. Enfin, bref ! Le truc important dans tout cela est quelque chose que vous n’avez peut-être pas remarqué consciemment. Mais votre subconscient l’a clairement enregistré : la cigarette est la chose la plus précieuse au monde, précieuse au point d’en devenir la dernière de tout fumeur ou ancien fumeur que ce respect. Eh oui, amis fumeurs sachez le, dans vos derniers instants sur cette terre, c’est à la cigarette que vous penserez. Ce ne sera absolument pas aux gens que vous laisserez derrière vous qu’ira votre dernier souffle.

Avant de finir, j’aimerais vous révéler le mécanisme de l’addiction tel qu’il est expliqué par Allen Carr. Je vais commencer par vous résumer la chose, ensuite je vous inviterai très fortement à lire son livre. Voyons donc, comment se déroule cette affaire ? Vous souvenez-vous de vos premières bouffées, avez-vous aimé ? Si vous êtes un être vivant, avec des poumons, normalement ça n’a pas été le cas ! D’abord, c’est juste dégueulasse (si vous voulez vous rappeler à quel point, essayez de fumer une marque dont vous n’avez pas l’habitude), ensuite cette sensation de malaise qui vous saisit rapidement porte un nom, ça s’appelle étouffer… Bref tout le monde a eu une première expérience plutôt mauvaise avec la cigarette ou se concentre très très fort pour l’oublier. Pourtant, si tous les autres le font, c’est bien que ça va finir par être cool. Et puis c’est tellement infect que naïvement nous pensons qu’il nous sera impossible de devenir accro. D’ailleurs entre parenthèse (si je dis que je mets des parenthèses, est-ce qu’il faut que je l’ouvre ou pas (la parenthèse) ? Je vais partir du principe que non, du coup c’est une parenthèse, dans la parenthèse qui annonce la parenthèse avec des parenthèses dedans. Oui j’aime bien Inception, pas vous ?)/*fin de la digression*/ nous connaissons tous un fumeur qui selon ces propres dires peut arrêter quand il veut, mais qui continue tout de même parce que c’est tellement cool de se ruiner la santé à prix d’or. Alors, et c’est là le truc le plus dingue, nous persévérons dans l’espoir de finir par l’apprécier… Finalement aidés par la nicotine,  nous arrivons à nous convaincre que nous aimons vraiment ça. Encore une fois, c’est avant tout psychologique. La bonne nouvelle c’est que le livre d’Allen Carr vous propose de vous faire une sorte de lavage de cerveau (mais salutaire celui-ci), en vous expliquant justement ces mécanismes, et en les démontant les uns après les autres, et le plus important en le martelant encore et encore pour que ça rentre bien comme il faut.

Pour conclure, j’espère vous avoir fait prendre un peu mieux conscience du fait que la cigarette est réellement une drogue, et qu’il peut sembler difficile de s’en détacher si l’on n’a pas les bonnes clefs pour le faire. La dépendance à la cigarette est quelque chose de très psychologique ! Un véritable, mais très subtil lavage de cerveau a été, et est encore à l’oeuvre. Ce lavage, nous nous l’infligeons nous même en voulant nous convaincre que nous faisons ça par plaisir. Mais les autres nous l’imposent également sans s’en rendre compte, chaque fois qu’ils bravent la pluie pour s’offrir une petite clope au restaurant comme s’il s’agissait de la chose la plus précieuse au monde. Mais vous pouvez inverser la tendance et vous libérer de cet esclavage, pour devenir un nouveau non-fumeur, ce qui est très différent de devenir un ancien fumeur (qui regrettera bien souvent toute sa vie la cigarette). Et demandera certainement une dernière cigarette sur son lit de mort…

Pour vous aider à vous libérer de la dépendance à la cigarette, vous devriez vraiment vous procurer et surtout lire ce livre : La méthode simple pour en finir avec la cigarette

Il ne vous coûtera même pas le prix de 2 paquets de cigarettes, et pourraient bien vous permettre d’éviter tout les autres. Pour ma part, j’ai dû m’y prendre à deux fois pour arrêter avec ce livre. (Je ne peux plus compter mes tentatives précédentes) La première fois, j’ai arrêté 4 semaines, et j’étais tellement content que pour fêter ça j’ai comme une buse voulue fêter ça en essayant de fumer une cigarette pour voir si j’étais vraiment libéré de la dépendance. J’ai après ce premier arrêt continué à fumer pendant 2 bonnes années avant de relire ce livre et d’arrêter définitivement. Vous échouerez peut-être aussi une première fois, voire une deuxième, mais je suis sûr que ce livre ne peut que vous aider à arrêter. Le tout c’est de le lire. Un exemple pour illustrer combien ce livre vous comprendra bien. Il vous conseille de continuer à fumer pendant que vous le lisez, parce qu’arrêter est l’une des choses les plus stressantes qu’un fumeur puisse faire, et que fait un fumeur quand il est stressé ? Il fume. Vous demander d’arrêter de fumer d’entrée de jeu ce serait vous priver de la béquille psychologique que constitue pour vous la cigarette. Ce livre prend le partie de vous laisser utiliser votre béquille jusqu’à ce que vous soyez équipé pour marcher de nouveau sans, et deveniez à nouveau, j’en suis sûr, un nouveau non-fumeur.